Skip to main content

BeinCrypto s’est rendu à Athènes, en Grèce, et s’y est entretenu avec des locaux de la communauté crypto et blockchain pour mieux comprendre la dynamique de l’industrie dans le pays.

La Grèce jouit d’une réputation mondiale pour ses paysages époustouflants, sa gastronomie et ses contributions à la société moderne. Le développement des fondements de la démocratie moderne place l’innovation grecque parmi les nations les plus développées du monde. Toutefois, plus récemment, le pays a été confronté à des bouleversements majeurs sur le plan social et économique.

Les conséquences de la crise immobilière de 2007-2008 aux États-Unis ont provoqué des vagues qui ont atteint les côtes grecques. Début 2010, la crise de la dette publique grecque a marqué le début de près d’une décennie de difficultés financières pour le pays.

La crise s’est concrétisée sous la forme d’un ramassis de dépenses non déclarées, de l’introduction de l’euro, la récession mondiale et la pression de la surtaxation du grand public.

Ensuite, l’année 2015 a été particulièrement sombre de cette crise, avec une ruée sur les banques nationales et des contrôles de capitaux sur les retraits et les dépenses internationales pour le citoyen moyen.

Pendant cette période tumultueuse, la réputation de la Grèce dans le monde a changé. Au lieu des plages éblouissantes et du berceau des idéaux de la société moderne, le pays est devenu synonyme d’émeutes et de mauvaise gestion financière.

Cependant, c’est au cours de cette période difficile que certains Grecs ont eu recours à des alternatives pour assurer leur stabilité financière. Pour certains, les solutions décentralisées sont devenues une réponse à un problème hautement centralisé.

En outre, la communauté crypto sur le terrain en Grèce reflète un esprit de communauté si intrinsèquement lié à la culture grecque, dans les moments difficiles comme plus positifs.

L’accent sur la communauté

En Grèce, il y a toujours beaucoup de temps pour se réunir avec ses amis et ses proches. Que ce soit pour un café prolongé, une promenade dans le centre de la ville ou un verre de spiritueux locaux, l’énergie communautaire du pays est forte.

Pour mieux comprendre la façon dont le pays navigue dans le monde en pleine expansion de la technologie financière au milieu de ses problèmes financiers traditionnels, nous nous sommes tournés vers la communauté locale. Au centre de celle-ci, nous retrouvons : Dimitris Tsapakidis, un maximaliste du Bitcoin, consultant en sécurité informatique et créateur du site Web WeAcceptBitcoin – une référence en matière d’informations sur les cryptomonnaies en Grèce.

Mr. Tsapakidis est l’un des rares organisateurs du groupe MeetUp nommé “Blockchain Greece”. Il s’agit d’une communauté en ligne et en personne qui compte plus de 2 700 membres. Alors que la pandémie mondiale a forcé les réunions en ligne, leurs événements en personne ont attiré des foules importantes et des intervenants de premier plan, comme Andreas Antonopoulos.

“Cette communauté remonte, me dit-on, à 2013. Je l’ai rejointe en 2015. Vous avez peut-être entendu parler de la fermeture des banques en Grèce en 2015, il y a eu une ruée bancaire puis les banques ont fermé pendant deux semaines. Cela a amené beaucoup, beaucoup de gens vers le Bitcoin”

“En 2015, c’était principalement le Bitcoin, et rien de plus [en référence aux autres cryptos]. Beaucoup de gens se présentaient aux rendez-vous sur Meetup et aux distributeurs automatiques. Les distributeurs automatiques de Bitcoin sont arrivés dans le pays parce que c’était le seul moyen de paiement et que vous ne pouviez pas utiliser votre carte de débit ou de crédit pour payer quoi que ce soit à l’étranger. Même votre compte Dropbox. Les gens ont donc afflué vers le Bitcoin, il y avait une explosion d’intérêt à l’époque.”

Une solution pour une période difficile

Dimitris a rappelé que le Bitcoin était un moyen pour les Grecs de “prendre de l’avance” à une époque où les options étaient très limitées.

“Le Bitcoin était considéré comme un moyen d’aller de l’avant. Comme un outil de sécurité, mais aussi comme un moyen d’effectuer des paiements à l’étranger. Les gens achetaient des bitcoins, puis les mettaient dans une carte de débit à l’étranger et payaient avec ça. Il s’agissait donc de résoudre un problème immédiat”, explique-t-il.

Les rencontres en personne autour des cryptos se sont multipliées, en partie grâce à la présence de Mr. Antonopoulous, mais aussi d’autres institutions locales qui nourrissent des sentiments favorables à la crypto et à la blockchain.

“L’Université de Nicosie à Chypre a eu des cours en ligne sur les cryptomonnaies pendant de nombreuses années, dans lesquels de nombreux Grecs ont été impliqués. Je pense que c’était la première université au monde à proposer ce type de classes, et à offrir également des certificats enregistrés sur la blockchain”, explique Dimitris.

Anni Panagiotopoulou, responsable du développement commercial chez Come Together, un développeur de protocole de billetterie blockchain basé en Grèce, a commenté les liens communautaires forts de la scène crypto grecque.

“La Grèce a été dans un état de crise permanent. Il y avait beaucoup de discussions sur le Grexit, tout cela a créé un climat de non confiance dans le système actuel. Et ce climat a poussé les gens à chercher des alternatives.”

“D’un autre côté, les Grecs, en tant que culture, sont des gens qui aiment rassembler les autres. Et je pense que c’est venu naturellement que lorsque quelqu’un sait quelque chose, il va vouloir le partager. C’est la même chose avec les cryptomonnaies”, explique-t-elle

Réglementation et adoption !

En Grèce, malgré des taxes par ailleurs élevées, le gouvernement n’a pas touché à la crypto en termes de réglementation.

“Le gouvernement, jusqu’à présent, n’a mis en œuvre qu’une seule loi. Il s’agit de la cinquième directive anti-blanchiment à l’échelle européenne, que tous les pays d’Europe ont mise en œuvre. Cependant, cela ne concerne que les exchanges et les distributeurs automatiques de billets, ainsi que toutes les entreprises qui détiennent des cryptomonnaies”, a déclaré Mr. Tsapakidis. “Environ sept sociétés se sont enregistrées auprès du gouvernement”.

Cependant, Dimitris a souligné que la reconnaissance des cryptomoannies dans la loi et les accords gouvernementaux les rend plus légitimes.

“La loi ne dit rien sur la taxation. Je pense qu’elle attend que l’Europe propose des règles en termes de fiscalité. Donc en termes de fiscalité, il n’y a pas de règles. Mais la plupart des comptables disent qu’il faut jouer la sécurité. Déclarez les gains en capital, qui sont imposés à 15 %, un taux très avantageux en fait”, dit-il.

Sur son site web, Dimitris donne des détails sur les réglementations et les positions publiques du gouvernement grec sur les cryptomonnaies. Il s’agit d’une ressource grecque majeure pour les investisseurs locaux et les entreprises du secteur.

Distributeurs automatiques de cryptomonnaies

En ce qui concerne l’introduction de la crypto dans les mains des habitants, les “boutiques” de cryptomonnaies mises en place par BCash, la principale initiative grecque en matière de distributeurs automatiques de crypto, y ont largement contribué.

Stratos Apostolidis, analyste de marché pour la société, a déclaré : “Les Grecs commencent lentement à connaître la crypto. C’est progressif. En général, en Grèce, nous n’avons pas d’initiatives pour former ou informer les gens, mais la présence des distributeurs automatiques de cryptomonnaies est quelque chose qui fait que les gens s’interrogent et demandent ce que c’est. Ils apprennent parce qu’ils ont vu quelque chose sur la route.”

BCash a été le premier à créer des magasins dédiés dans 19 endroits sur le continent et deux îles en Grèce. Stratos a déclaré que ces emplacements permettent aux investisseurs de disposer d’un espace physique pour acheter et échanger des bitcoins (BTC), de l’Ethereum (ETH), du Litecoins (LTC) et des Dash (DASH).

“Il y a quelqu’un qui travaille à l’intérieur. Nous aidons beaucoup de gens qui ont des problèmes pour savoir comment échanger des fiats contre des cryptomonnaies ou l’inverse. C’est plus personnel de cette façon”, dit-il.

Lorsqu’on lui demande ce qui peut être fait pour favoriser l’adoption de la cryptomonnaie par les Grecs, M. Stratos répond qu’il y a beaucoup de choses à faire, mais que les initiatives communautaires sont importantes.

“Il y a trop de choses qui pourraient et devraient être faites. Mais parler avec les gens et sensibiliser la population locale est important. Par exemple, même avec mes amis, au début, aucun d’entre eux ne croyait aux cryptomonnaies ou ne les comprenait. Maintenant, après avoir vu mon travail avec BCash et avoir discuté avec moi, presque tous ont changé de position.”

Entreprise locale autour de la blockchain

Parallèlement à une communauté croissante autour de la crypto, les entreprises et les laboratoires liés à la technologie blockchain sont en pleine expansion en Grèce.

Comme nous l’avons déjà mentionné, l’Université de Nicosie à Chypre a mis le monde hellénophone sur la carte avec l’un des premiers cours de blockchain au monde. À Athènes, l’Université nationale et Kapodistrienne dispose d’un laboratoire dédié à la blockchain, en étroite collaboration avec l’entreprise IO, anciennement IOHK.

Le grand public n’est peut-être pas aussi enthousiaste à l’égard des capacités de cette technologie, mais de petits groupes de développeurs locaux changent lentement la donne. Panagiotopoulou est à l’avant-garde du développement local.

Initialement, Come Together a démarré en 2019 comme une “solution de billetterie numérique basée sur la blockchain avec des mises à jour du code QR toutes les 30 secondes pour éviter la fraude et le scalping”. C’était avant la pandémie”, a déclaré Panagiotopoulou.

“Lorsque le secteur de l’événementiel s’est arrêté, nous avons cherché un moyen d’utiliser le développement de la blockchain que nous avions déjà mis en place pour résoudre la question des événements sécurisés par le COVID-19.”

Come Together utilise maintenant la technologie pour dépanner la sécurité COVID-19 via des passeports sanitaires numériques basés sur la blockchain.

“La blockchain fournit une infrastructure sécurisée qui ne peut pas être manipulée par des acteurs malfaisants cherchant à créer des billets frauduleux. Traduire cela en pass sanitaires COVID-19 était une prochaine étape logique afin de garantir la validité du contrôle d’accès sanitaire aux événements. En outre, la nécessité de sécuriser les données de santé sensibles et de se conformer aux exigences du RGPD.”

Mme Panagiotopoulou a déclaré que l’entreprise a dirigé un programme pilote en Grèce. “Nous avons fait un essai en Grèce avec une organisation appelée Emergency Help”.

C’est encore tôt

Alors que la Grèce poursuit ses nombreuses batailles, tant sur le plan social que financier, l’atténuation des interactions avec les technologies émergentes sera un outil important.

Le soutien communautaire croissant et les solutions innovantes utilisant les fintech émergentes sont à l’avant-garde de l’évolution des possibilités de liberté financière et technologique en Grèce.

Read More

By: BeinCrypto France