Skip to main content

La limite de Bitcoin, soit la quantité maximale de BTC à devoir jamais exister, est fixée à 21 millions. Cependant, je peux aussi posséder 0,00001 BTC. La question se pose alors : si je peux déplacer la virgule à l’infini, y a-t-il vraiment une limite de Bitcoin ?

Environ 20% de ces BTC sont à jamais inaccessibles ou “brûlés”, comme on dit en jargon crypto, car leurs clés privées ont été perdues. Sur ces 20%, une petite fraction devrait tout de même pouvoir être sauvée, mais la plupart des pièces pourraient être perdues à jamais.

Image : Yahoo Finance

Si une clé privée n’est inscrite nulle part et qu’il n’y a pas de “seed-phrase”, ou phrase d’amorçage, l’accès à toutes les cryptos associées à cette clé est définitivement perdu. Avec une limite de 21 millions de bitcoins, dont beaucoup sont déjà perdus, le stock semble limité et de plus en plus rare/précieux. Cependant, les sommes de Bitcoin sont rarement des nombres entiers. On peut aussi bien posséder 1 BTC que 0,01 BTC, ce qui représente déjà plus de 500 euros.

La question suivante se pose donc : si je peux déplacer la virgule à l’infini, y a-t-il vraiment une limite de Bitcoin ?

Réponse courte : non

Les BTC peuvent être divisés au maximum à huit décimales, soit un millionième de Bitcoin ou 0,00000001 BTC. C’est ce qu’on appelle un “satoshi” dans le milieu de l’actif. Si une cryptomonnaie peut être divisée à l’infini, il n’y a techniquement pas de limite. Certains projets crypto l’exploitent d’ailleurs de manière raffinée.

L’astuce est la suivante : je crée d’abord une cryptomonnaie, disons Vallereum, avec le ticker $VALLE. Pour simplifier, je ne crée que 1 001 pièces et je rends techniquement impossible la création de VALLE supplémentaires.

Ensuite, je brûle régulièrement des VALLE pour rendre la pièce encore plus rare. Cela pousse certaines investisseurs de cette crypto à croire que son investissement prend de la valeur. Même si je brûle 100 tokens VALLE par mois jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une seule pièce, je ne peux tout simplement jamais mentionner la limite des décimales. Ainsi, 50 euros au lieu de 10 VALLE, par exemple, valent 0,000001 VALLE. La différence ? Techniquement, il n’y en a aucune, mais j’ai encore beaucoup d’outils marketing à ma disposition.

Source :  Investopedia

Ce genre de tactique a joué un rôle clé en 2017, à l’époque de la grande vague des ICO (‘Initial Coin Offering’, soit offre de précommande de cryptos), mais ce ne fût alors qu’une tactique parmi d’autres. Plus un projet peut jouer avec les limites, plus ces actions de précommande s’avèrent faciles.

Ethereum aussi a été initialement financé par une ICO. Certes, l’ETH n’a pas de limite totale, mais la création de nouveaux tokens est limitée à 18 millions d’ETH par an. Cela a engendré des pénuries au dès le début de l’ICO d’Ethereum, dont les décimales sont 18. Dogecoin fonctionne de la même manière, mais avec une limite de cinq billions par an.

Il existe une limite pour Bitcoin, mais certaines cryptos n’en ont pas

Par exemple, le token Shiba Inu. Dans un article précédent, BeInCrypto a évoqué le fait que le projet avait envoyé la moitié de ses tokens à Vitalik Buterin, qui les a ensuite presque entièrement brûlés. En théorie, le token ne peut être divisé “que” sur un maximum de 18 décimales et a une limite fixe.

En réalité, un quadrillion de tokens ont été frappés au départ (soit 18 zéros) ; il en reste donc maintenant un demi quadrillion.

Source : Coinmarketbag

Avec un tel nombre de tokens, on peut pratiquement brûler des Shiba Inu à l’infini sans que cela ne pèse dans la balance. Tant qu’aucun pourcentage significatif n’est brûlé, tout va bien pour le $SHIB et il continue à “hodler”.

Read More

By: BeinCrypto France